Je me tenais devant mon miroir intégral, en admirant mon costume. À la fin, je ne savais pas si j’étais une sorte de héros sexy de bande dessinée ou une esclave romaine. Bien que je n’aie pas vu à travers, le costume blanc chatoyant a révélé beaucoup de chair. Mes épaules, mon dos et mes bras étaient nus, le tissu remontant vers l’avant et s’enroulant autour de ma gorge. La longueur dépassait à peine mes joues de cul. Une seule jambe était couverte d’un bas de cuisse violet foncé. J’ai ajouté une jarretière en métal, une large ceinture et une chaîne en or de courte longueur avec un grand médaillon rectangulaire. Des bracelets ornaient un poignet.

J’avais essayé de ressembler à un héros “hentai” et j’ai fini par avoir un look très, très séduisant.

“Je fais avec !” m’exclamais-je à mon image.

La fête était géniale ! J’ai reçu beaucoup d’attention, des deux sexes, et comme je suis venue seule, je n’ai pas eu à me soucier d’un rendez-vous jaloux. J’avais des yeux “poignardés” qui m’entouraient.

Malheureusement, je me suis trop amusée et je me suis vite retrouvée bien trop ivre. Lorsque j’ai trouvé un endroit tranquille en bas pour rassembler mes pensées bourdonnantes, je me suis glissé sur le canapé et je me suis endormi.

“Va-t’en”. J’ai marmonné. Quelqu’un essayait de me réveiller. Combien de temps avais-je dormi ? Je suis allé dire “Arrêtez !” mais je n’ai pas pu. Au lieu de cela, j’ai eu la bouche soudainement écartée et la commissure des lèvres tirée vers l’arrière.

J’étais bâillonné !

Mes yeux se sont ouverts, mais j’étais face au sol, contre l’oreiller. Je suis allé tourner la tête, mais mes cheveux ont été tirés vers l’arrière et un bandeau m’a couvert les yeux avant que je ne puisse voir qui m’attaquait. Il est temps de se battre !

Oh mon Dieu, je pouvais bouger mes mains ! Elles étaient derrière moi, attachées au poignet par quelque chose de doux mais qui ne donne pas. J’ai commencé à me débattre, mais un genou est tombé douloureusement sur mon dos, les mains ont saisi mes épaules et mes jambes. Oh non, il y en avait plus d’un !

“Reste tranquille et tu ne te feras pas mal. Essayez de nous combattre et…” la menace n’a pas été prononcée mais tous les doigts se sont enfoncés dans ma peau et j’ai gémi dans mon bâillon.

“On t’a regardée toute la nuit, salope.”

Salope ? Oh oh.

“Les taquineries et les parades. Nous montrer un peu et ensuite refuser nos avances.”

Ah, quelqu’un qui m’avait dragué, peut-être que je pourrais l’identifier. J’ai vite essayé de penser à ceux que j’avais rencontrés et j’ai refusé. Les visages sont devenus flous à cause d’un souvenir influencé par l’alcool et je me suis rendu compte qu’il y avait eu BEAUCOUP de taquineries.

“Et nous savons que tu es venu seul.” Des doigts sales commençaient à m’explorer, glissant sur mon costume, entre le tissu et ma peau. Je me suis mis à gémir dans le bâillon tendu sur ma bouche.

“Oh bébé, tu es magnifique. Touche ces melons.”

Les mains ont quitté l’exploration de mes jambes et de mon cul pour rejoindre leur partenaire à mes seins, en pinçant les tétons là, et en pesant mes monticules.

“Oh yeah ! J’ai envie de jouir sur tout ça !” Les doigts ont commencé à détacher les crochets à l’arrière de mon cou. “Fais-la asseoir.” On m’a mis en position assise, les mains douloureusement coincées derrière moi, le haut tombant maintenant autour de ma taille. “De gros tétons !”

Ils ont été pincés et roulés et j’ai haleté quand l’un d’eux a mis sa bouche sur le téton droit, en suçant et en léchant. J’ai pincé mes jambes. “Oh non, salope, ne fais pas ça.” Des mains fortes m’ont écarté. “Je croyais qu’on avait dit d’être gentilles avec nous ?” Mon téton gauche était très serré et je me suis mise à crier, ou du moins j’ai essayé. “Résistez encore et ce sera une pire pute.”

Oh mon Dieu, oh mon Dieu, j’étais dans la merde !

L’entrejambe de mon costume a été frotté très fort, moulant le tissu à ma chatte. “Oh, tu aimes ça bébé, n’est-ce pas ?” J’ai secoué la tête, en essayant de dire “s’il te plaît, non”. “S’il te plaît” ? Tu en veux encore ? Bien sûr bébé !” et les doigts ont poussé plus fort, pénétrant presque dans mon trou avec mon propre costume.

“Merde ! Comment ce costume s’enlève-t-il ?”

La ceinture autour de ma taille a été enlevée. On m’a tenu en l’air et mon costume a été poussé sur mes hanches, mes cuisses et mes chevilles. J’étais assis sur le canapé, maintenant nu. Mes jambes se sont à nouveau ouvertes. “Oh, regardez ça ! La salope garde sa chatte bien taillée !”

Merde ! Maintenant, deux mains exploraient la même zone. “Mais un petit clitoris.” Et j’ai gémi pendant qu’il massait mon petit bourgeon, presque douloureux sans préliminaires appropriés. “Ah, tu es mouillé ! Sale pute, tu aimes ça, hein ?

Mouillée ? Non, je ne peux pas l’être ! J’ai concentré mes pensées en bas et j’ai gémi quand j’ai réalisé qu’elles étaient justes. J’étais humide. Non, non, non !

Deux doigts se sont retrouvés dans mon arraché et des muscles puissants les ont poussés profondément. J’ai gémi. J’ai été baisé avec les doigts pendant que l’autre jouait et me giflait les seins pendants. J’ai entendu une fermeture éclair et j’ai essayé de supplier à nouveau. La tête chaude d’une bite a été glissée sur mon visage et je me suis éloigné par saccades. Il s’est mis à rire.

“Il me faut un peu de ça !”

On m’a traîné hors du canapé, on m’a tourné et on a poussé ma poitrine, mes épaules et ma tête sur le canapé. Mes jambes ont été écartées et un autre bruit de fermeture éclair a suivi. Il n’y a pas eu de délai. On m’a fait entrer en force, l’air s’engouffrant dans mes poumons.

Il s’est mis à frapper dans ma chatte, ses doigts s’enfonçant dans mon cul. J’avais mal. “Ouais, ouais, donne-lui ! Qu’elle aille se faire foutre !”

Une main a glissé de mon cul et s’est glissée entre mes jambes. Il a arrêté sa poussée pendant une minute afin de masser grossièrement mon clitoris et de se sentir dans ma chatte. Il a lâché et a martelé encore plus vite qu’avant, grognant et creusant en moi. Il est venu au plus profond de moi.

“Ouais bébé !” a appelé l’autre gars. Je détestais ce dicton.

Il est sorti de moi. On aurait dit qu’il avait changé de place. “Oh putain mec, quel bordel ! Je ne veux pas baiser ça !”

“Eh bien, ne le fais pas. Il y a un autre trou.”

J’ai recommencé à me battre.

“Oh non !” Slam ! Claque ! Deux sur mon cul nu, des coups durs et piquants.

La tête de bite a été poussée contre mon anus. J’ai froncé les sourcils.

Slam ! “Ne fais pas cette salope !”

J’ai essayé de me détendre. Il a dû appliquer le lubrifiant de son ami parce qu’il a poussé un peu plus fort. “Oh putain mec, elle n’est pas vierge du cul ! T’es une pute ?”

Il est entré et sorti par petits coups, plus profond à chaque fois. S’il te plaît, non, je me suis dit. Mais je ne leur parlais pas à eux, je me parlais à moi-même, parce que j’étais… j’étais… je m’excitais. Ne bougez pas, ne bougez pas.

“Oh putain, elle a repoussé ! Tu veux que je sois profond, non ?”

Il avait raison. J’avais repoussé. Oh putain ! J’ai encore poussé, un petit déhanchement.

“Oh merde ! Elle aime ça !”

Le type qui m’avait déjà baisé a dit : “Si tu promets d’être une bonne fille, j’enlève le bâillon.”

J’ai fait oui de la tête. Le bâillon a été enlevé et j’ai pris l’air en gémissant.

“Dis-nous que tu aimes ça, salope.”

“J’aime ça.”

“Encore !”

“J’aime ça, baise moi s’il te plaît, baise moi.”

Il a augmenté son rythme, s’est mis debout, s’est agenouillé sur mon côté et a utilisé son poids pour s’enfoncer plus profondément en moi. Je lui ai fait savoir que j’aimais ça !

“Tourne-la, tourne-la !”

Ensemble, ils m’ont aidé à glisser du canapé et à me mettre à genoux sans abandonner sa position. Le simple fait de bouger comme ça m’a causé des sensations incroyables dans le cul. Et quand la bite a été offerte à ma bouche, je l’ai prise avec empressement. Je pouvais encore sentir mon goût dessus. Il était de nouveau bombé et je me suis dit qu’il faudrait un certain effort pour le faire jouir de nouveau après qu’il se soit vidé dans ma chatte.

Ils m’ont baisé comme ça pendant ce qui m’a semblé une éternité. Et moi, toujours incapable de voir qui ils étaient. Et vous savez quoi ? Je ne voulais pas le savoir. Je ne voulais pas être déçu et j’étais très excité rien qu’en pensant à deux inconnus qui s’en prenaient à moi.

Lorsque le gars dans mon cul a annoncé qu’il allait exploser, j’ai en fait arrêté de me tenir sur les mains. L’un d’eux a contourné la bite que j’avais sucée et je l’ai masturbé rapidement et fort. J’étais content quand il a haleté. Mon autre main est descendue entre mes jambes et a massé mon clitoris, qui battait maintenant très fort.

Il me semble que nous sommes tous venus en même temps, mais cela n’arrive que dans les histoires ringardes, n’est-ce pas ? Je m’en fichais, j’étais heureux, heureux, heureux de boire du jism et de me faire pomper le cul en même temps. Le liquide combiné s’est écoulé de ma chatte et de mes doigts.

“Il faut qu’on y aille, salope. Merci.” Un gars a dit.

“Peut-être que tu ne seras pas aussi grossier la prochaine fois.”

Quelle leçon. Je me disais que je devrais être plus souvent grossière si je devais être TRAITÉE de cette façon !

Préférence de la coquine : branlette espagnole et porter de la lingerie
Endroit de préférence pour le sexe : baiser en voiture
Pour me détendre, j’adore chatter sur le net. Cela fait du bien de discuter avec des personnes que l’on connait pas car on peut dire tout et n’importe quoi.